Photo : OM.fr

Équipe pro

Nice - OM : La conférence de presse

Conférence de presse
Live
Posté par
OM
Le Vendredi 26 août 2022 à 02:00
Suivez en direct à partir de 16h15 depuis le centre RLD la conférence de presse avant OGC Nice - OM avec Pau Lopez et Igor Tudor.

 

Suivez la conférence de presse sur Twitch et participez au tchat

 

Pau Lopez : «Dans une bonne dynamique»

Ce sera difficile en Champions League, Aucune équipe n’est facile. Chaque match est très difficile. C’est comme cela qu’il faut aborder cette compétition pour y faire quelque chose.
Contre Nice, ce sera difficile. On ne pense pas à la saison dernière, il faut oublier ça. On va affronter une équipe qui a fini pas loin de nous la saison passée. Nice a changé de coach. Nous sommes dans une bonne dynamique pour jouer ce match.
Je suis content car j’ai joué 90 minutes contre Nantes et que l’on a gagné. Je suis focalisé sur mon travail, je me sens bien après ma blessure. Je suis mieux après chaque séance.
Je connais Jon Pascua depuis mon époque au Betis. Il me demande beaucoup et cela me convient.
On a changé de coach et des joueurs. Il faut s’adapter et faire ce que le coach demande. C’est la vie des joueurs de football. Des choses changent, le système, les coups de pied arrêtés…
Contre le Betis, en seconde période, j’ai senti quelque chose de bizarre sur la cuisse. J’ai frappé 2 ou 3 fois et la troisième fois, j’ai préféré stopper. Après les examens, on a vu qu’il y avait quelque chose. 
Peu importe ce que j’aurais préféré en Champions League, cela ne change rien.
Je parle français… C’est plutôt facile. Quand je suis arrivé à Marseille, j’étais blessé, j’avais plus de temps, alors je me suis amélioré. J’aime apprendre les langues étrangères.
Le jeu de Tudor est plus direct, plus agressif. Il veut que l’on joue vite. Il ne veut pas que l’on garde le ballon longtemps comme Sampaoli. C’est différent. On ne peut pas dire tout de suite si c’est mieux ou pas. On verra si on finit deuxième ou pas.
Les styles de Tudor et Sampaoli sont différents mais avec les joueurs que l’on a, il faut jouer avec le ballon sinon nous sommes morts.
Je connais Eric Bailly, nous avions 15-16 ans quand nous nous sommes connus. Il a commencé à jouer, on a joué ensemble puis il est parti à la CAN puis à Villarreal. On a été beaucoup de temps ensemble à Barcelone. Je l’ai trouvé différent, il est plus mature. Il va beaucoup aider l’équipe.
On a changé beaucoup de choses. Le président est très intelligent et je suis à 100% avec lui dans ce qu’il veut faire pour le club.
Quand tu changes beaucoup de choses, c’est normal qu’il y ait des tensions mais ça passe vite. C’est la vie.


Igor Tudor : «C’est très stimulant»

C’est un bon groupe, on aurait pu tomber sur pire. En étant chapeau 4, on savait que l’on aurait des adversaires difficiles. 
Je n’ai jamais entendu ce genre de rumeurs. Même mes parents ne m’ont rien dessus sur Ronaldo.
Le départ de Milik est une décision juste pour les deux côtés. Il m’a plus mais c’est son choix de partir. Offensivement, on a assez de joueurs.
Gerson s’est entraîné normalement hier.
Sanchez peut jouer à tous les postes devant. Le départ de Milik ne change rien pour lui. On verra match après match.
La situation est particulière pour Duje Caleta-Car puisqu’il ne lui reste qu’un an de contrat. Le club est attentif. Il a eu un peu de mal avec la préparation au début mais c’est un élément important.
Je vois Payet en progression, on verra dans les prochains matchs comment seront les compositions de départ.
J’espère que tout se passera bien cette année. On m’en a parlé. Le foot est un sport, un spectacle. Malgré la rivalité, il faut que tout le monde soit à la hauteur, arbitres, supporters…
C’est difficile de parler de turn-over maintenant. Vous verrez match après match. Tout dépend de comment on gère les matchs, les enchaînements de rencontres. Avec cinq changements, tout le monde aura son rôle à jouer.
Eric Bailly est un joueur de haut niveau. Il ne commencera pas le match dimanche. Il n’a fait qu’un entraînement. Il doit s’insérer rapidement dans notre façon de jouer.
J’ai vu de bonnes choses et des choses qui m’ont moins plu. Ce que l’on voit le dimanche est un mélange de beaucoup de choses. Cela se fait au fil du temps, il y a des choses à améliorer et un coach ne peut pas tout avoir. 
Nice est une équipe forte. Nice a des joueurs forts, ils ont beaucoup investi. J’ai toujours aimé ce genre de matchs, c’est très stimulant, j’espère que mes joueurs auront le même état d’esprit.
En Croatie en 1998, il y avait la guerre et représenter son pays en coupe du monde pendant une guerre est quelque chose d’incroyable. Je me rappelle de Thuram qui nous prive de finale. Et après, je suis allé au Torino puis à la Juve.