Photo : OM.fr

Équipe pro

Monaco - OM : La conférence de presse

Conférence de presse
Live
Posté par
OM
Le Jeudi 10 novembre 2022 à 01:00
Suivez à partir de 14h30 en direct du centre RLD la conférence de presse avant AS Monaco - OM avec Amine Harit et Igor Tudor.

 

la conférence de presse : le replay sur Twitch

Amine Harit : «On veut tous bien finir»

C’est une fierté et beaucoup d’émotion. Jouer une coupe du monde avec son pays, c’est indescriptible. Il faudra donner une belle image du Maroc car on a une équipe de qualité.
Une sélection, ça passe par de bonnes prestations en club. Je suis bien ici. Il ne faut se reposer sur ses acquis, je dois être performant avec le Maroc et avec l’OM évidemment.
Clauss est déçu, c’est normal. Il a été appelé régulièrement ces derniers temps et ne pas être appelé… Il comprend. Matteo et Jordan ont fêté ça calmement car nous sommes concentrés sur le match de dimanche.
Il ne faut pas penser à la coupe du monde et jouer les coups à fond. Si on se retient, c’est là que l’on se blesse.
Le sélectionneur m’a félicité pour ce que je faisais avec l’OM. Je peux jouer à gauche ou à droite dans les deux systèmes du Maroc.
C’est la dernière semaine avant la coupure. On reste sur un bon match contre Lyon avec un succès important pour recoller. Il reste un match et c’est mieux de partir avec une victoire. On aura l’esprit apaisé en cas de victoire.
Payet est un professionnel. Sur et en dehors du terrain, il est resté le même. Il a envie de jouer, il est impliqué. Nous sommes tous ensemble. Il reste dans l’esprit d’équipe et c’est le plus important.
On va à la coupe du monde pour sortir des poules.
Je dois travailler pour être plus décisif. J’ai progressé sur les derniers mois sur d’autres aspects, défensif et tactique. Cela va venir, ce sera plus facile une fois le premier but marqué.
Si nous sommes médiocres en seconde période mais que nous gagnons, ça me va… Il y a une grosse débauche d’énergie en première période. On essaye de tuer le match en première période.
Monaco, c’est le match parfait avant la coupure. Il nous réussit plus pas mal ces dernières années. Nous sommes juste devant au classement. On reste sur une victoire contre Lyon, qui est un rival. Nous sommes en pleine confiance. On aura à cœur de faire un gros match avant la coupure de la coupe du monde.
Cela a été long, éprouvant physiquement et mentalement. Mais cela a été bien géré. Il y a eu peu de blessures. Il y a du turn-over. On veut tous bien finir.
Les deux jours après Tottenham ont été difficiles mentalement. La meilleure manière de se remettre dedans, c’était de gagner contre Lyon. Nous n’étions pas sereins car la frustration était grande. On a tué le mal par le mal. Mentalement, on a remis les pendules à l’heure.


Igor Tudor : «La clef du succès, c’est le travail de qualité»

C’est formidable de pouvoir jouer une coupe du monde. Je suis très heureux pour Matteo et Jordan. J’ai parlé avec Jonathan et je lui ai dit qu’il devait prendre ça comme un défi pour prouver au sélectionneur qu’il s’est trompé.
C’est un mois entier. On fera la première partie à Marseille et on partira dix jours en Espagne. Il y aura des matchs amicaux.
Je ne sais pas quelle image je donne en conférence de presse. J’essaie juste de faire son travail. Quand les gens viennent au stade, ils voient de quelle manière l’équipe joue. C’est ce qui compte. La prestation de l’équipe est le reflet de l’entraîneur. Tout le reste, c’est inventé. C’est de la fumée, ce n’est pas réel et ce n’est pas important.
L’équipe doit divertir, doit procurer des émotions aux supporters. C’est la clef de mon travail. Faire un match pourri et gagner, ce n’est pas le but de mon métier. Le foot va dans cette direction.
Je suis quelqu’un qui veut gagner, la victoire est la chose la plus importante.
Le match à Monaco n’est pas un match-clef. Il y a 38 journées, c’est un marathon pas un sprint. C’est un beau match, un derby. Il y aura beaucoup de matchs à jouer après.
On travaille sur les détails, sur les choses concrètes. Aujourd’hui, on a fait un entraînement qui m’a beaucoup plu. La clef du succès, c’est le travail de qualité.
Tous les joueurs appelés en sélection, je les ai félicités sur Whatsapp mais ils m’ont répondu « merci, mais il y a un match à jouer dimanche. »
J’en parlerai quand ce sera officiel. Gerson ne sera pas dans le groupe ce week-end.
Je regarde peu le classement. J’y jette un coup d’œil rapide. Il y a trois points à prendre face à un concurrent direct, c’est peut-être un peu plus important que d’habitude.
La coupure est importante surtout pour les matchs amicaux qui permettent de tester des choses. Je ne pense pas changer mon système. Avec Clauss et Tavares qui sont des pistons de haut niveau, je ne me vois pas changer de système.
À 3 ou à 4, ce n’est pas ça qui compte. C’est l’interprétation du système qui fait la différence. C’est l’intention que l’on a pendant le match qui compte.
Tout le monde a vraiment exploité son potentiel. Balerdi mériterait d’avoir des sélections avec son équipe nationale. Il est rapide, il lit bien le jeu, je suis très satisfait.
On verra pour le mercato. S’il y a des possibilités, on fera, mais si ce n’est pas le cas, on ne fera rien…