Photo : OM

Le club

Jean-Marc Ferreri : «Je l’admirais»

Légendes
Histoire du club
Posté par
OM.fr
Le Mardi 5 octobre 2021 à 07:00
Consultant pour les médias de l’OM, Jean-Marc Ferreri était sur le plateau d’Intégrale OM, dimanche après-midi. Le champion d’Europe 1993 a évoqué, avec émotion, ses souvenirs de Bernard Tapie.

«J’étais à Auxerre, il me restait quatre ans de contrat, j’avais fait une belle saison avec Guy Roux et au bout d’un an, juste avant la fin du mercato d’été qui allait s’achever dans deux jours, j’ai reçu un coup de fil de Bernard qui me dit : Viens chez nous ! Tu as souvent été notre adversaire avec les Girondins de Bordeaux, là je veux que tu sois dans notre équipe. J’ai fait une grande équipe pour être champion d’Europe ». Ce genre de coup de fil, ça ne se refuse pas. J’avais même perdu un an de contrat, j’avais 31 ans, je devais rester à Auxerre pour y finir ma carrière mais j’ai préféré avoir un an de moins et vivre l’aventure olympienne avec Bernard Tapie. Je ne le regrette pas tellement cette année a été fabuleuse. 
C’est un homme fantastique. J’avais connu un homme très charismatique aux Girondins de Bordeaux avec Claude Bez mais Bernard c’était autre chose. Je l’admirais, il était brillant, intelligent, passionné par tout ce qu’il faisait et notamment l’Olympique de Marseille. Il faisait parfois les compositions tactiques. Raymond Goethals nous faisait sa causerie à l’hôtel et Bernard arrivait derrière pour nous dire qu’on allait jouer comme ci ou comme ça… C’était presque un deuxième coach, il savait tout faire ! Il avait toujours le mot juste pour nous motiver et nous emmener loin.
Le jour du dernier match de poules face à Bruges, c’est Bernard qui m’annonce dans l’après-midi que j’allais être titulaire à la place de Franck Sauzée. Il me dit : "Ecoute on doit absolument gagner ce match. Et si tu joues bien, tu joueras la finale". Il fallait gagner cette rencontre pour aller en finale à Munich, il avait fait un choix offensif. Je fais un gros match, une belle première période, je donne la balle de but à Boksic, on gagne 1-0. Ensuite, logiquement, Franck Sauzée est entré en seconde période. Cela montre la personnalité incroyable de cet homme qu’on aimait tant à Marseille.
Bernard Tapie a offert aux 16 joueurs qui étaient à Munich une réplique du trophée de la Champions League. Elle est chez moi dans mon bureau et les gens qui viennent chez moi, tous, se prennent en photo avec. C’est un magnifique cadeau qui me tient à cœur.
Il a réussi tout ce qu’il a entrepris dans la vie. J’étais fasciné par son intelligence, une intelligence rare, par sa passion, il était brillantissime».