Photo : OM.net

Équipe pro

ASSE - OM : Gagner du terrain

Avant-Match
Posté par
OM
Le Mercredi 16 janvier 2019 à 05:49

Pour une dose de confiance

Neuvième après le nul contre Monaco (1-1), la formation de Rudi Garcia compte deux matchs en retard et un match en moins que son adversaire du jour. Sur ses terres ou loin de son repaire, l’OM expérimente la rudesse de l’hiver. La machine est en quête de performances pour amorcer la pompe à confiance.
Le classement actuel est encore trompeur, l’OM voyage avec son lot d’incertitudes mais on y verra plus clair après le 5 février, date du match en retard de la 18e journée contre Bordeaux.
Si Monaco et Andrézieux étaient des adversités avec plusieurs inconnues, Saint-Étienne est clairement identifié.
Deuxième meilleure formation à domicile du championnat, derrière le PSG, l’équipe de Jean-Louis Gasset n’a toujours pas connu la défaite devant ses supporters (7 victoires, 2 nuls).

Loin des yeux, près du cœur ?

Cet ASSE-OM est une rencontre pour l’Europe. Premier des deux matchs en retard des Phocéens, il précède le déplacement à Caen, le 20, et la réception de Lille, le 25 janvier. Au coup d’envoi, les Stéphanois ont cinq points d’avance sur les Marseillais.
Loin d’un Orange Vélodrome grondeur dimanche, le groupe de Rudi Garcia recherche le double effet : un succès «soignera tout le monde» selon les mots du capitaine Dimitri Payet, et cette performance donnerait un nouvel élan à la lutte entre concurrents aux trois premières places.
L’OM est inconstant à l’extérieur cette saison. Avec cinq défaites sur les neuf derniers déplacements (3 victoires, 1 nul), le temps est venu de créer une sensation.

Des Verts intraitables dans le Chaudron

Pas programmés pour la course au podium, Les Verts mènent leur barque comme des chefs jusqu’à  présent. Cette saison, seuls Amiens (0-0) et Rennes (1-1) sont parvenus à gratter un point dans le Forez. Cette moisson impitoyable de 23 points sur 27 possibles fait de Saint-Étienne l’actuel 4e du championnat.
Arrivé aux manettes après l’éphémère prise de fonction de Julien Sablé, Jean-Louis Gasset orchestre un onze type dont le double-cœur lui apporte stabilité, maîtrise et justesse. Le duo M’Vila-Selnaes est devenu inamovible depuis l’arrivée de l’ancien espoir français. Que ce soit dans le jeu court ou dans le jeu long, cette création est aussi influente dans l’exploitation de la verticalité que dans la gestion du tempo.
Le devant de la scène est occupé par un Wahbi Khazri toujours inspiré depuis qu’il est revenu de Sunderland. Positionné en pointe ou en soutien, l’international tunisien est capable d’en faire baver à n’importe qui en L1. Avec dix unités, il est le meilleur buteur stéphanois.

Le mot du coach

«On doit enchaîner un autre match après Monaco. Saint-Étienne est une bonne équipe, tout comme nous. On joue toujours pour gagner, c’est ce qu’on fera demain, même si on sait que l’adversaire a beaucoup de qualités, notamment à Geoffroy Guichard. Comme toutes les formations, elle a des failles, à nous de les trouver et de tout faire pour l’emporter même avec un jour de récupération de moins. Je pense qu’on peut s’appuyer sur ce qu’on a fait dimanche pour faire un meilleur résultat.»