Photo : OM.net

Équipe pro

L’OM a fermé les vannes

Focus
Posté par
David Guitton
Le Dimanche 17 mars 2019 à 05:18

L'OM a trouvé de la régularité dans ses performances en février. Cohérent et invaincu, il se dégage une certaine solidité qui a permis de se ravitailler en confiance et en points.

Mandanda encaisse deux fois moins de buts

Trop fragile sur les six premiers mois, le collectif phocéen s’est construit au gré des absences et des méformes. Si Rudi Garcia a trop souvent noté que son équipe attendait d’être menée pour réagir, son groupe est clairement devenu maître des évènements.
En séparant les rendements défensif et offensif, on ne peut que se réjouir de l’évolution des prestations de l’arrière-garde. Fissurée durant la période décembre-janvier, la digue encaissait 1,4 but par match jusqu’à la 23e journée. Depuis le début du mois de février, la moyenne a chuté à 0,57.
Le point de bascule se situe lors de la réception de Bordeaux. Victorieux après l’échec à Reims, Sakai et ses coéquipiers ont profité du match en retard de la 18e journée pour apporter des garanties. Les absences de Rami, Gustavo (blessés) et Strootman (suspendu) ont alors profité aux plus jeunes.

Bordeaux pour lancer la plus jeune charnière d’Europe

Au-delà de la jeunesse qui invite à la prudence, le talent est là. Symbole de cette nouvelle vague, le binôme Kamara - Caleta-Car a convaincu et ne lâche plus prise. Le minot (19 ans) et le Croate (22 ans) enchaînent et affichent une certaine régularité. Aujourd’hui, cette association constitue la plus jeune charnière d’Europe. Elle continue à développer ses automatismes, protégée par une paire Lopez - Sanson qui est en train de prendre de l’épaisseur.
Avec 16 points pris sur 18, les Phocéens allient enfin solidité et capacité à faire la différence. Le 4-4-2 totalise quatre clean sheets en six rencontres contre cinq obtenus dans des schémas souvent différents entre août et janvier. Mandanda n’a concédé que deux buts sur les six derniers matchs, seul Lille et son gardien Maignan ont fait mieux en L1 (1 but encaissé).

L’évolution est marquante mais encore trop récente pour constituer un véritable socle. Difficile à imaginer en début de saison, l’attelage composé par Rudi Garcia dispose d’une expérience commune encore faible. En revanche, il a permis de faire le plein de confiance avant d’aller se frotter à Paris ce dimanche.