Le club

Marcel Leclerc, l'homme du renouveau

Marcel Leclerc restera comme l’un des présidents historiques de l’Olympique de Marseille. Une personnalité au caractère bien particulier qui a ramené l’OM au sommet du football français alors que le club était au bord du gouffre quelques années auparavant. Né le 14 août 1921 à Marseille, Marcel Leclerc étudie dans sa jeunesse à Draguignan puis à Marseille où il pratique le football au Stade Marseillais Université Club et le water-polo au Chevalier-Roze. Il débute sa carrière dans le journalisme en tant que pigiste pour Le Méridonial. Dans les années 1950, il crée Télé-Magazine, premier hebdomadaire consacré aux programmes des émissions télévisées. Il devient propriétaire des titres de presse Mots Croisistes, L’Économiste de Paris et But !

 

Marcel Leclerc avec Magnusson à gauche et Skoblar à droite
Marcel Leclerc avec Magnusson à gauche et Skoblar à droite

 

Ancêtre du naturaliste Buffon ou encore de Charles Leclerc, beau-père de Napoléon, Marcel va se faire véritablement connaître en tant que président de l’Olympique de Marseille. Homme autoritaire et séducteur, il prend le pouvoir à l’OM en 1965 alors que le club est en deuxième division, au bord du dépôt de bilan. Les supporters sont alors loin de se douter que Leclerc va écrire l’une des plus belles pages de l’histoire du club.

 

LA REMONTÉE EN PREMIÈRE DIVISION

 

Dès sa première saison à la tête du club phocéen, il fait un apport financier conséquent, recrute huit joueurs et l’OM termine à la deuxième place de D2, ce qui lui permet de remonter en première division. Quelle première saison de Leclerc ! Sous son autorité, l’OM retrouve le Stade de l’Huveaune contre l’avis du maire de la ville, Gaston Defferre. Les Marseillais ne redescendent pas dans l’échelon inférieur la saison suivante et Leclerc renforce encore l’effectif. Il recrute notamment Josip Skoblar en prêt en décembre 1966 (il reviendra en 1969) et Roger Magnusson à l’intersaison 1968. Il réalisera deux gros coups quelques années plus tard en recrutant les Stéphanois Bernard Bosquier et Georges Carnus à l’été 1971.

 

Durant sa présidence, Leclerc glane avec l’OM deux titres de champions de France (1971, 1972) et deux trophées de la Coupe de France (1969, 1972). Le club provençal remporte notamment le doublé historique Coupe-Championnat sous l’ère Leclerc. Les joueurs marseillais défileront en bus dans la cité phocéenne et mettront pas moins de six heures pour aller du stade Vélodrome à l’hôtel de ville après ce doublé ! Un florilège d’anecdotes, plus ou moins originales, concerne Marcel Leclerc. L’une des plus célèbres est sans aucun doute le saut dans le Vieux-Port. En début d’année 1969, après une difficile victoire de l’OM face à Avignon lors des seizièmes de finale de la Coupe de France (1-0), Marcel Leclerc assure que “si nous gagnons la Coupe, je me jette tout habillé dans les eaux du Vieux-Port“. Marseille bat Bordeaux en finale en mai 1969 (2-0) et le lendemain, Leclerc tient sa parole et se jette dans les eaux du port phocéen.

 

 

 

LA PRÉSIDENCE DES SUCCÈS

 

Lors de la saison 1968/69, il se sépare de l’entraîneur Robert Domergue. Au cours de la saison 1971/72, Leclerc démet de ses fonctions Lucien Leduc alors que l’OM compte sept points d’avance sur le second en championnat. Marcel Leclerc est un personnage à part, capable de changer plusieurs fois Mario Zatelli et de le rappeler deux fois mais ses décisions payent puisque l’OM connaît une période couronnée de succès durant sa présidence.

 

Mais Marcel Leclerc, accusé d’avoir détourné de l’argent, est contraint de se retirer en juillet 1972. Il décède le 21 avril 1983 à l’âge de 63 ans des suites d’un accident de voiture sur l’autoroute A6. Leclerc aura ressuscité l’OM durant sa présidence.