Le club

2e finale d’affilée perdue contre… Bordeaux

La saison 1985-1986 est très particulière pour l’Olympique de Marseille et constitue un tournant dans l’histoire du club. L’homme d’affaires Bernard Tapie est intéressé par l’OM et récupère le club à la fin de la saison. Un exercice marqué par le bon parcours olympien en Coupe de France.

 

L’OM effectue des prestations moyennes en championnat et enchaîne les contre-performances à domicile. Un an après leur retour en première division, les Olympiens, entraînés par Zarko Olarevic, finissent à la douzième place de D1. Mais en Coupe de France, c’est une autre histoire. Ils réalisent un très bon parcours. Les Marseillais entrent en lice contre Montauban et se qualifient pour les 16èmes de finale en l’emportant 2-3 en janvier 1986.

 

UNE NOUVELLE FINALE DE COUPE DE FRANCE

 

A partir des 16èmes de finale, les matches se jouent en aller/retour et l’OM remporte sa confrontation contre Pont-Saint-Esprit (0-0 A, 2-0 a.p R). En 8ème de finale, l’OM affronte Blénod et l’emporte largement lors du match aller (3-0) avant d’obtenir le nul au match retour (1-1). En quart de finale, les Olympiens viennent à bout du RC Paris et en demi-finale, les joueurs d’Olarevic affrontent Rennes et se qualifient difficilement pour la finale (2-0 A, 1-1 R). Malgré un tirage plutôt favorable, les phocéens auront quand même dû se surpasser pour arriver en finale.

 

Dix ans après son dernier sacre en Coupe de France, l’OM s’apprête donc à disputer une nouvelle finale de la Coupe de France. Et c’est face à Bordeaux que les provençaux vont se disputer le trophée le 30 avril 1986. Bernard Tapie, qui vient de prendre la tête du club marseillais, est présent dans les tribunes du Parc des Princes. La tâche s’annonce rude pour l’OM face à une équipe de Bordeaux très solide sur le papier (Tigana, Giresse, Dropsy, Battiston…).

 

finalebordeaux
Joseph-Antoine Bell capitaine, avant le début de la rencontre

 

Mais l’OM se met en évidence lors de la première période. Le club phocéen obtient un penalty juste avant la mi-temps et Diallo trompe Dominique Dropsy (0-1, 45). En début de deuxième mi-temps, Marseille touche la barre transversale par l’intermédiaire de Diallo. Quelques minutes plus tard, Jean Tigana égalise d’une belle frappe pour les Girondins de Bordeaux (1-1, 52).

 

Les deux équipes ne se départagent pas avant la fin du temps réglementaire. Le coup d’envoi des prolongations est donc donné. Mais la prolongation est plutôt stérile. Jusqu’à la 117e minute… Les Marseillais s’arrêtent de jouer croyant que Tigana est signalé en position de hors-jeu. Mais les Bordelais en profitent et continuent de jouer. Tigana centre et Alain Giresse tente un magnifique lob. Bell, le gardien marseillais, ne peut rien faire et Bordeaux prend l’avantage à trois minutes de la fin des prolongations (2-1, 117). Le score ne change pas. Les Marseillais sont anéantis au coup de sifflet final, notamment Christophe Galtier, alors âgé de 19 ans.