Back to mai 93

L'ère Bernard Tapie

1986 - 1993

LES DÉBUTS DE BERNARD TAPIE

 

A la fin d’une saison 1985-1986 qui voit l’OM finir à la douzième place de première division, un homme d’affaires rachète le club phocéen. Un certain Bernard Tapie. L’OM va alors connaître une période couronnée de succès, sûrement la plus belle de son histoire.

 

A l’aube de sa première saison à la tête du club marseillais, Tapie nomme Gérard Banide au poste d’entraîneur et Michel Hidalgo en tant que directeur sportif. Le club phocéen se renforce et recrute Papin, Förster, Domergue, Stambouli, Cubaynes, Brisson, F. Passi, Laurey, Sliskovic et Giresse. Les Olympiens réalisent alors une très bonne saison mais ratent de peu le doublé en terminant deuxième du championnat derrière Bordeaux et sont défaits en finale de la Coupe de France face à… Bordeaux. Environ 30000 spectateurs sont présents au Vélodrome pour chaque match de l’OM, ce qui constitue un record d’affluence.

 

Mais Tapie veut voir son OM au sommet du football français et une quinzaine de joueurs quittent le club, dont les derniers Minots (Anigo, Francini, Di Méco). A contrario, Le Roux, Delamontagne, Lowitz, Allofs, Bouafia et un certain Abédi Pelé sont recrutés. Mais cela ne suffit pas et les Olympiens finissent à la sixième place de D1, de quoi mettre en colère Bernard Tapie. En Coupe de France, les Marseillais sont éliminés dès les 32èmes de finale contre Bastia (1-0). C’est véritablement en Coupe d’Europe des vainqueurs de coupe que les hommes de Banide se mettent en valeur. Les phocéens atteignent les demi-finales mais sont éliminés par le grand Ajax Amsterdam en avril 1988.

 

OM 1986
Equipe de l'OM 1986

 

Au début de la saison 1988-1989, Tapie chamboule tout. On assiste aux départs de plusieurs joueurs (Ayache, Lowitz, Bouafia, Fall, Appriou, Bell, Giresse, Passi, Domergue). Sauzée, Huard, Cantona, Di Méco, Thys, B. Germain et Vercruysse viennent renforcer les rangs olympiens. Mais les résultats sont médiocres et Tapie décide de remplacer Banide par Gérard Gili à la tête de l’équipe première. Gili ramène de la sérénité et les Olympiens bataillent avec le PSG et Auxerre pour décrocher le titre. Emmené par un excellent Jean-Pierre Papin, auteur de 22 buts en D1 au cours de la saison, l’OM termine premier du championnat et remporte la Coupe de France le 10 juin 1989 face à Monaco, match durant lequel Papin inscrit un triplé (4-3). Le club phocéen est véritablement de retour au premier plan !

Et Tapie compte bien continuer à gagner. Il décide à l’été 1989 de renforcer l’équipe avec des renforts comme Roche, Amoros, Mozer, Carmelo Micchiche, Bernardet, Tigana, Waddle et Francescoli. Les Marseillais réalisent alors une excellente saison, étrillant ses adversaires les uns après les autres. Didier Deschamps est recruté en tant que joker en novembre. L’OM est au coude-à-coude jusqu’à la fin du championnat avec Bordeaux mais parvient à terminer à la première place. Marseille est champion pour la deuxième fois d’affilée ! En Coupe de France, les provençaux ne dépassent pas les demi-finales. De même en Coupe d’Europe des clubs champions. Après avoir gagnés le match aller (2-1), les phocéens sont éliminés en demi-finale par le Benfica Lisbonne lors du match retour sur un but de la main de Vata devant 110.000 spectateurs au stade de la Luz (1-0).

 

A l’été 1990, Sauzée, Cauet, Rousseau, Thys, Francescoli, Roche et Deschamps, prêté à Bordeaux, quittent le club. Förster arrête sa carrière. Pascal Olmeta, Basile Boli, Bernard Casoni, Laurent Fournier, Bernard Pardo et Dragan Stojković sont recrutés. La saison 1990-1991 est marquée par une instabilité sur le banc phocéen. Gérard Gili est remplacé par Franz Beckenbauer en septembre 1990. Mais l’Allemand est lui aussi remplacé en janvier 1991 par le belge Raymond Goethals. L’OM remporte tout de même son troisième titre de champion de France en trois ans. Mais les Marseillais connaissent deux grandes désillusions en coupe. Monaco bat les phocéens en finale de la Coupe de France en juin (1-0) et l’OM est défait en finale de la Coupe d’Europe des clubs champions à Bari face à l’Étoile Rouge de Belgrade. Une défaite aux tirs au but (0-0. 5 tab 3). Cruel pour les coéquipiers de Basile Boli.

 

OM - Milan AC 1993
Ligue des Champions 1993

 

LE RETOUR DE RAYMOND LA SCIENCE

 

Tapie nomme Tomislav Ivic au poste d’entraîneur la saison suivante mais Goethals reviendra en octobre. Pardo, Cantona, Germain, Vercruysse, Stojkovic, Fournier et Tigana quittent le club. Angloma, Baills, Xuereb, Durand et Stevens sont recrutés et Deschamps et Sauzée reviennent de prêts. Le trio d’attaque composé de Waddle, Papin et Pelé est redoutable et l’OM est de nouveau champion de première division mais est éliminé en 8ème de finale de la Coupe d’Europe des clubs champions contre le Sparta Prague. La saison 1991-1992 est notamment marquée par le triste drame de Furiani lors de la demi-finale de Coupe de France entre Bastia et l’OM.

 

Mais à l’issue de la saison, des départs majeurs sont enregistrés notamment ceux de Papin, Mozer et Waddle. La fin d’une époque. Tapie obtient alors les signatures de Völler, Bokšić, Ferreri, Eydelie, Desailly, Barthez, Omanbiyik et Martin Vasquez. Goethals laisse sa place à son adjoint Jean Fernandez mais le belge fera son retour en novembre 1992. Malgré le départ de son redoutable buteur Papin, l’OM décroche le graal le 26 mai 1993. Marseille remporte la Coupe d’Europe des clubs champions face au grand Milan AC grâce à un but de la tête de Basile Boli (1-0). L’OM demeure le seul club français à avoir gagné une Coupe d’Europe. A jamais les premiers. Trois jours plus tard, les Olympiens deviennent champions de France pour la cinquième fois d’affilée grâce à une victoire contre le PSG au Vélodrome (3-1).

 

Un titre qui sera par la suite retiré au club phocéen. Quelques jours avant le sacre en Coupe d’Europe, le 22 mai 1993, Valenciennes assure qu’ils ont été victimes d’une tentative de corruption de la part de l’OM. Une affaire qui sonne la mort présumée du club phocéen…

Chiffres clés
2
l’OM réalise son deuxième doublé de son histoire lors de la saison 1988-1989.
6
Jean-Pierre Papin termine meilleur buteur de l’OM en championnat durant six saisons d’affilée.
134
Papin inscrit 134 buts en première division durant sa période olympienne (1986-1992).
5
Les Marseillais remportent le championnat cinq fois d’affilée entre la saison 1988-1989 et 1992-1993.
71
L’OM inscrit 71 buts en première division lors de la saison 1992-1993 et possède la meilleure attaque du championnat.